Le zero déchet dans sa salle de bain : c’est possible !

Le 15 Septembre dernier, s’est déroulé le « World CleanUp Day » : une journée pour agir ensemble et nettoyer la planète. Mais surtout l’occasion pour une prise de conscience collective : il y a urgence, la Terre est polluée, le plastique est partout. Et si, à notre petit niveau, on agissait et on passait au « zéro déchet » pour lutter contre ? Chiche ?

Si le « zéro déchet » a le vent en poupe en ce moment, ce n’est pas qu’une mode, et heureusement ! Il permet une réflexion sur nos modes de consommation (voire de surconsommation !) mais il est surtout un crucial enjeu environnemental, pour des raisons qui normalement, n’ont plus besoin d’être expliquées ici. Mais on va le faire quand même ;-) !

Pourquoi passer aux cosmétiques zéro déchet ? 

Selon des chiffres du Centre d’Information Indépendante sur les Déchets, environ 100 milliards d’emballages seraient jetés en France chaque année, dont 175 000 Tonnes (selon l’IPSOS) seraient des emballages de produits cosmétiques et d’hygiène.
Ne vous avisez pas de faire le calcul par personne, ça fait froid dans le dos !

Enfin, seuls 55% des Français trient leurs emballages de salle de bain… Alors non seulement on produit trop de déchets, mais en plus on ne recycle que peu.

Mais rêvons un peu. Si demain, on passe au sans emballage, ne serait-ce que pendant un mois, tous ensemble. Ce seraient pas moins de 47 000 flacons de démaquillant, shampoing et gels douche, 3500 tubes de dentifrice, 3900 déodorants, 850 000 coton-tige et près de 6 millions de cotons démaquillants qui ne rejoindraient plus nos poubelles …

Loin de nous l’idée de faire la morale, mais ces chiffres font quand même réfléchir.

Salle de bains zéro déchet, par où commencer ?

Le solide, la bonne alternative

De nombreux cosmétiques existent en solide ; à acheter ou à faire soi-même. Le savon (d’Alep si possible), le shampooing, le déo, le dentifrice. Des indispensables sans eau, ni flacon, qui protègent à la fois l’environnement et votre corps.
On peut aussi ajouter le beurre de cacao ; produit multi-usages, anti-oxydant, nourrissant, apaisant, hydratant, démêlant, … N’en jetez plus ! Bref, un produit qui va devenir obligatoire dans votre salle de bains zéro déchet !

On oublie l’usage unique !

Comme vu précédemment, les déchets les plus nombreux sont les cotons démaquillants, à usage unique. Et si au lieu de ça, on passait à la lingette lavable, utilisable des centaines de fois ?
De la même façon, le cure-oreille (bien souvent en bambou) japonais remplace idéalement le coton-tige habituel. Réutilisable et bien meilleur pour vos petits orifices auriculaires !

On pourrait aussi parler des bienfaits des gants exfoliants et des éponges konjac, qui remplacent les différents gommages, finissant dans les évacuations quand leurs emballages finissent on ne sait où … Et la liste est longue.

Concernant le maquillage (après avoir trié et donné (ou revendu pour les féru.e.s d’une célèbre plateforme lituanienne) les surplus et les make-up « spécial grandes occasions » inutiles), on se procure un pinceau en bambou, des produits rechargeables et des petits flacons en verre. Si certains produits manquent encore à l’appel du zéro déchet, on trouve désormais l’essentiel. Même certains magasins de parfums sont passés aux flacons réutilisables.
Enfin pour éviter le démaquillant, on peut passer à l’huile de coco ! Une très bonne alternative, trouvable en vrac qui plus est !

Les marques zéro déchet

Pour finir, il nous semblait indispensable de citer quelques marques à la pointe du zéro déchet, mais il en existe d’autres, que vous trouverez aisément au gré de vos pérégrinations : Les tendances d’Emma, Lamazuna, Ground Soap, J’aime mes dents, Kufu, ZAO Make-up, …

Qu’on se le dise, le zéro déchet ne coûte pas plus cher !

S’ils semblent plus onéreux à l’achat, ces cosmétiques durent plus longtemps que les produits traditionnels et permettent de prendre soin de son corps avec des formulations souvent bio, et dans tous les cas, naturelles.

Quand le zéro déchet s’inscrit dans la droite ligne de la slow cosmétique !

Partager
Rédigé par Maxime Antoine
Blogueur "green" arrivé par hasard dans l'univers du cosmétique. Plutôt passionné par le sport que par le make-up, mais comme cosmetiquement-sport n'existe pas encore...